Styled by Syria : partir de rien et devenir l’une des maquilleuses les plus sollicitées dans le monde.

Aujourd’hui, nous vous partageons le parcours atypique d’une makeup-artist de renommée mondiale. Humble, courageuse et bosseuse, elle a décidé de vous dévoiler son parcours et de vous montrer que rien n’est impossible. 

Bonne lecture! 

Toukan & Palmyre : Bonjour !

Styled by Syria : Bonjour !

T&P : Peux-tu te présenter ?

SBS : Je m’appelle Nawell, j’ai 27 ans et suis d’origine marocaine. Il faut savoir qu’il y a deux femmes en moi. La Nawell bonne vivante, pleine de folies, spontanée et la Syria, très professionnelle et réservée.

T&P : Pourquoi Syria ?

SBS : Le maquillage libanais était et est très à la mode. Je cherchais un nom oriental. J’ai fait simple, je voulais quelque chose qui n’existait pas et j’ai pensé aux pays comme le Liban, la Syrie. Et puis Syria est née.

T&P : Tu dirais qu’il y a une grosse différence entre les deux femmes que tu incarnes?

SBS : Non pas tellement. La différence se trouve surtout dans la concentration que je mets dans mon travail. Je suis très minutieuse et ne veux pas entacher ça avec des éléments extérieurs.

T&P : Tu as débuté ta carrière en 2012.

SBS : C’est ça, et depuis je ne vis que de ça. C’est bien plus qu’un métier, c’est ma passion.

T&P : A quel moment as-tu découvert ta passion pour le maquillage ?

SBS : Alors là tu vas rire.

Jeune, j’étais garçon manqué, un peu insolente et turbulente. Les métiers girly girly, ce n’était pas pour moi. A la base, je voulais travailler dans les aéroports.

T&P : Comment passe-t-on des aéroports au maquillage (rires) ?

SBS : Bonne question ! J’avais un entourage féminin, mes amies étaient très féminines, elles prenaient soin d’elles etc. Et puis un jour, je me suis surprise à acheter, à la sortie des cours, des magazines féminins. J’étais fascinée par ces visages bien maquillés. Et c’est là que mon intérêt pour ce milieu a fait son apparition.

Je gardais ça dans un petit coin de ma tête, sans pour autant me donner comme objectif d’en faire mon métier.

T&P : Tu as commencé à travailler très jeune.

SBS : Oui, j’étais inscrite au lycée et tous les samedis, j’étais dame de ménage dans des clubs de vacances. Et puis j’ai décidé d’arrêter l’école. J’avais de bonnes notes mais un mauvais comportement.

T&P : Ah bon ? (Rires)

SBS : Oui, il m’arrivait parfois d’être virée de cours.

(Fou rires)

SBS : Du coup, je suis devenue femme de ménage à temps plein. De mes 16 ans à mes 20 ans. Alors que mes amies s’amusaient, j’ai fait le sacrifice d’entrer dans le milieu du travail.

Petite confidence : une fois que j’avais ma paye, je mettais tout dans Sephora et Marionnaud, pour m’acheter mon tout premier maquillage.

(Rires)

T&P : Et puis tu as eu un déclic.

SBS : Oui, j’approchais de la vingtaine et je me cherchais complètement à ce moment-là. J’ai fait le constat que je n’avais pas de direction à prendre.

Du coup, je décide de me rabattre sur ma deuxième envie : être agent d’escale. Je reprends mes études.

Mais rien n’y fait, j’étais toujours trop bavarde et je me rendais compte que l’école, c’était pas pour moi. (Rires)

Au point où je me suis fait virer deux mois de mon établissement. J’étais mal. Il arrivait même parfois à mes professeurs, de m’enfermer en salle informatique tellement je perturbais les cours.

T&P : Et c’est cet ordinateur qui a changé ta vie.

SBS : Oui ! Je remercie le jour où je me suis retrouvée dans cette salle. J’étais perdue et fatiguée aussi de cette situation. Beaucoup de choses ont traversé mon esprit. Je me posais des questions sur mon avenir. J’étais là, seule, j’étais bien obligée de réfléchir. J’ai saisi le clavier de l’ordinateur et j’ai commencé à faire des recherches sur les écoles de maquillage etc. Et la réalité m’a rattrapée, elles coûtaient beaucoup trop chères.

T&P : Comment as-tu fait alors ?

SBS : J’ai maquillé une amie pour son anniversaire et ça a plu. Elle m’a encouragé à me lancer et à créer une page Facebook. Page que j’ai d’ailleurs ouverte dans cette fameuse salle informatique. (Rires)

Mais le problème, est que je n’avais pas de contenu à publier. Donc je réquisitionnais mes amies tous les mercredis après-midi pour des séances maquillage. Je ne vais pas te mentir, c’est la meilleure école que j’ai faite. Se rater et recommencer il n’y a pas mieux.

Ça commençait à plaire, on m’a ajouté sur les réseaux sociaux et j’ai commencé à avoir de plus en plus de clientes.

T&P : Aujourd’hui, tu maquilles la crème de la crème en célébrités. Tu es connue pour sublimer les visages de certains milieux privilégiés.

Comment tu as fait pour percer dans ce milieu ?

SBS : Comme beaucoup, j’ai fait, dans un premier temps des collaborations gratuites. Puis à force de me perfectionner, mon travail a parlé pour moi et j’ai finis par être demandée un peu partout. Au Maroc, à Dubaï etc.

T&P : Sans faire d’école, tu as réussi à développer un vrai petit empire. Tu as un secret ?

SBS : Pas du tout ! (Sourire)

J’ai appris en regardant des photos de makeup et j’imaginais comment les réaliser. Je ne lâchais pas l’affaire. Je recommençais jusqu’à ce que j’y arrive.Et sans m’en rendre compte, j’ai évolué. Et pour tout te dire, jamais je n’aurais cru réaliser le quart de ce que je peux accomplir et découvrir dans ce métier. Jamais!

T&P : Tu dirais que ta méthode de travail repose sur quoi ?

SBS : La Persévérance en permanence.

Quand j’ai commencé, je me suis dit que je n’y arriverai pas seule. J’étais persuadée qu’une formation était nécessaire. Et puis, je n’ai pas cessé de me dire : « écoute si tu réussis tant mieux, sinon tu vas continuer jusqu’à avoir le niveau requis. »

T&P : Tu as une grande philosophie de vie, tu peux nous en parler ?

SBS : En fait, je n’ai pas l’objectif de vouloir le succès et la gloire. Je n’oublie pas d’où je viens. Je viens d’une famille stricte et modeste. Je ne veux pas perdre la tête. Je prends ce que j’ai devant moi et je ne cherche pas à en avoir plus. Je suis ambitieuse, mais je suis partisane du doucement mais sûrement.

Je suis fière de là où j’en suis. Je fais parler de moi à travers mon boulot et non pas pour qui je suis dans ma vie privée ou ce que je montre de celle-ci. J’ai une vie complètement normale. Je ne suis pas strass et paillettes. (Rires)

Ce n’est pas moi, ni la vie que je souhaite mener quoi qu’il arrive.

T&P : Tu penses que tu regretteras de ne pas te montrer ?

SBS : Non, je fais ça par humilité et j’ai réussi sans me montrer pourquoi ça changerait. Mon but est de faire kiffer les gens, uniquement par mon travail. Je suis là pour ça et pour rien d’autre.

T&P : D’où te vient cette détermination ?

SBS : Comme tout le monde, les événements de la vie font que tu dois avancer et aller chercher ce que tu veux.

T&P : Ta marque de fabrique est le nude. Pourquoi ne pas avoir choisi le maquillage libanais chargé etc.

SBS : Alors oui, ma signature est le Nude. Il est important pour une maquilleuse de laisser sa signature, sa marque. Pour moi, une femme a des beaux traits naturellement. Pourquoi la dénaturer ?

La force du nude est qu’il embellit. Je ne veux pas transformer la femme. Je veux garder un coté raffiné et classe. Je me maquille d’ailleurs très peu malgré mon métier. (Rires)

T&P : On te voit sur instagram constamment dans ta voiture, à aller à la rencontre de tes clientes. Comment arrives-tu à garder le cap, et surtout à garder cette motivation pour poursuivre tes projets ?

SBS : Je dirais que je m’auto motive. Et j’ai la chance de pouvoir compléter tout ça avec le soutien de mes proches. Tu sais, c’est comme dans tout, il faut avoir un milieu sain.

T&P : A quel moment as-tu estimé que tu étais une makeup artist reconnue ?

SBS : Lorsque les grandes marques et les célébrités ont commencé à me contacter et ont aimé mon travail. Je rêvais de travailler avec eux.

T&P : Finalement, ça t’as plutôt réussi d’être virée de cours! (Rires) 

SBS : Complètement, et c’est là que tu réalises que quand Dieu te ferme une porte, Il en ouvre d’autres.

T&P : Le conseil de fin à nos lecteurs ?

SBS : Sachez que la roue tourne et que derrière un mal peut se cacher un bien. Entourez-vous des bonnes personnes, celles qui tirent vers le haut. Il est très important de rester vous-mêmes, de croire en vous et de faire confiance à Dieu. Il fait très bien les choses.

T&P : Merci beaucoup !

SBS : Merci à vous !

Toukan & Palmyre

3 Replies to “Styled by Syria : partir de rien et devenir l’une des maquilleuses les plus sollicitées dans le monde.”

  1. Ma nawal
    J’ai exactement le même parcours que toi, ça me rassure tellement de savoir que tu as réussi 😘
    Tu est vraiment la best et je te souhaite beaucoup de réussite pour la suite insh’Allah. 😘

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s