Voyage en solo au féminin: oser partir à la recherche de soi.

 

A pied, à cheval, à vélo, en bateau, en voiture ou en avion, la quête vers l’indépendance et la recherche de soi prend différentes formes. Des milliers de femmes décident chaque année de partir seules en voyage.

Ont-elles peur? Oui. Les peurs sont notamment liées aux questions d’insécurité, à la relation avec soi et à la confrontation face à la solitude.

Mais le voyage en solo au féminin sera un des outils qui vous permettra de devenir la meilleure version de vous-même et de sortir de votre zone de confort.                                        L’art de voyager seule quand on est une femme est-elle une forme de liberté vers la recherche de soi ?

Voyager seule ou le reflet de nos peurs: expérience de la rédactrice.

J’ai tenté l’expérience du voyage féminin en solo et le premier problème auquel j’ai été confronté avant mon départ a été de ressentir une grande insécurité. Je me lançais dans l’inconnu le plus complet. Alors forcément, tu te mets à douter et à imaginer le pire.

A ce moment-là, tu as deux choix: soit tu fonces, soit tu renonces.

Généralement, tu as plus tendance à prendre une assurance annulation avec ton billet que de foncer à l’aventure. Et si tout ça venait finalement de la peur d’aller à la recherche de soi , de se confronter à ce que nous sommes vraiment?

Partir à l’autre bout de la planète n’est pas une nécessité. L’essentiel est de partir pour un endroit qui nous correspond, là où on se sentira à l’aise. Pas la peine de suivre une mode mais plutôt son intuition.

Revenons à l’insécurité. Pour pallier cette angoisse, j’ai décidé avant de partir de me renseigner auprès des ambassades Françaises sur les potentiels dangers et problématiques du pays dans lequel j’allais. J’ai positivé en me disant que je tomberais forcément sur des personnes avenantes et solidaires qui me viendraient en aide en cas de besoin. Le pays des bisounours n’existe pas et le risque zéro non plus.

Anecdote: lors du trajet retour de mon voyage en solo, je me suis fait voler mon téléphone. J’étais injoignable pendant 48 heures. Grosse panique au début. Mais il s’avère que j’avais des ressources que je ne soupçonnais pas. J’ai su communiquer en anglais, de façon simple certes. Mais c’était suffisant pour arriver à bon port. Une expérience enrichissante que je referai sans hésitation.

Oser partir seule, oser la solitude.

Dans la famille « Peur » je demande la solitude !

C’est un autre membre que l’on rencontre de manière répétitive dans nos pensées. Oser partir seule à la recherche de soi permet de prendre du temps pour écouter notre voix intérieure, nos désirs, nos rêves. En faisant passer en priorité ta personne, tu cernes tes besoins, tu priorises tes objectifs et tu mets en place un plan d’action. En voyage, on déborde d’inspiration, on se remet en question et on change. Et c’est la solitude qui permet ça. C’est l’un des grands intérêts de ce type de voyage d’ailleurs. En groupe, on n’aura peut-être pas ce raisonnement ou du moins pas aussi intense.

Pendant le voyage, les certitudes et les limites seront certainement chamboulées. En sortant de chez soi, on découvre que chaque individu a sa culture et son histoire. Ses mœurs et ses habitudes, ses codes et ses évolutions. Il faudra savoir rester à sa place. Apprendre des autres et observer sans s’imposer. L’adaptation est un élément clef du voyage en solo au féminin.

 « L’humilité amène le respect de soi et des autres ».

Stéphane sur le blog de Moi et mes Souliers.

 

Nos recommandations.

Le voyage en solo n’a pas besoin d’être planifié dans sa globalité mais vous pouvez prévoir quelques petites choses :

  • Essayez au mieux de planifier votre arrivée et une petite partie du séjour. Mais laissez quelques moments d’imprévus qui rendent le séjour unique et authentique.
  • Attention aux arnaques. Ne vous précipitez pas pour faire un choix. Utilisez les réseaux sociaux et Internet pour vérifier les avis et recommandations des internautes (concernant par exemple les hôtels, gîtes, activités etc… ). Ils sont souvent révélateurs et vous permettent de prendre plus facilement une décision. .
  • Faites plusieurs photocopies de vos documents originaux. Mettez une copie ou deux dans un sac différent de celui où il y a les originaux. Donnez une copie à un membre de votre famille par précaution.
  • Niveau argent, il est préférable d’avoir très peu d’argent liquide sur soi. Si besoin, les répartir également dans différents sacs et pochettes, ce qui permet de réduire les risques de perte et de vol.

Petit plus : désormais il existe des cartes bleues qui permettent de payer directement en monnaie locale, avec le taux de change actuel du pays dans lequel vous vous trouvez. Une véritable révolution. Nous avons testé pour vous la carte REVOLUT. Le gros plus est que la carte bleue est associée à une application qui vous permet de gérer votre budget voyage avec le résumé de vos dépenses en temps réel. Le seul inconvénient est que tous les pays ne sont pas collaborateurs de ce système de paiement.

  • Enfin, un maître mot: la sobriété! Pas d’objets bling-bling pour ne pas tenter le diable.

 

Nos références. 

On vous recommande deux pionnières du voyage en solo au féminin :

Céline Gatti: jeune entrepreneuse et fondatrice de l’agence de coaching Potentiall. Reconnue pour son enthousiasme et son originalité, elle accompagne les jeunes talents à évoluer dans tous les domaines de leur vie, en atteignant des objectifs congruents qui donnent du sens à la vision unique qu’ils ont du monde.

Depuis mai 2019, elle propose des ateliers sur Paris « préparer son projet de voyage en backpacking ». Ces ateliers et accompagnements sont dédiés à préparer son projet de départ à l’étranger, pour celles qui souhaitent changer de vie. Faire le point et se reconnecter à leur moi profond. L’objectif de ces échanges est d’optimiser les bienfaits d’une telle aventure: clarifier les raisons du départ, les envies, les besoins. Mettre en place un plan d’action pour être préparée au mieux à relever ces défis et à surmonter ses peurs et ses limites. Enfin, apprendre à valoriser cette expérience d’un point de vue personnel et professionnel au retour.

Tiphaine Muller: éducatrice spécialisée qui ne voulait pas répondre au schéma classique de la vie « boulot, maison, mariage » etc, elle a décidé de se surpasser à travers le voyage en solo au féminin. Tiphaine a osé partir seule, une première fois en Australie, une seconde fois en Europe et une troisième fois en Afrique. Elle a effectué ses voyages à vélo sans savoir qu’elle en était capable. Un véritable challenge mental et physique durant plusieurs mois. Juste son kit de survie, la nature et elle-même. Cette solitude assumée lui vaut aujourd’hui d’être sollicitée pour des conférences lors de meet up et festivals. Tiphaine est auteure d’un livre : « Little Miss Pedals » qui sortira en août 2019. En attendant elle partage ses aventures sur les réseaux sociaux et prévoit de nouveaux projets.

FB_IMG_1558375557510 (1)

 

En conclusion, le concept de voyager en solo se développe de plus en plus. Oser partir seule, c’est se donner la possibilité de partir sans but et de chercher à mettre en œuvre sa vision de la vie. D’avoir une perception plus large et différente de tout ce que l’on connaît. Le voyage en solo n’est qu’une solution parmi d’autres. Si tu te découvres autrement c’est le plus important.

 

Olivia

Toukan & Palmyre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s